ASSOCIATION INTERNATIONALE DES VICTIMES DE L’INCESTE

images

PRÉSENTATION

Créée en 2000, AIVI est une association internationale d’intérêt général engagée dans la défense des droits des victimes de l’inceste et de leurs proches ainsi que des victimes de violences sexuelles dans l’enfance. Animée par un groupe de survivants, proches et professionnels, AIVI regroupe 3200 membres principalement francophones sur plusieurs continents. Elle compte entre 200 et 300 adhérents. Financièrement indépendante, l’association a avant tout vocation à faire connaitre et reconnaitre l’inceste et ses conséquences dans notre société.

NOS ACTIONS

Militer

AIVI s’est créée pour changer la loi à savoir insérer l’inceste dans le code pénal comme un crime spécifique et imprescriptible.

Depuis 2008, AIVI œuvre pour favoriser le signalement des enfants victimes par le corps médical en militant pour l’obligation de signalement des médecins assortie d’une protection judiciaire pour tout signalement de bonne foi. AIVI a saisi la Haute Autorité de Santé afin que des recommandations soient publiées sur le dépistage et la prise en charge des enfants victimes d’inceste. L’association a participé aux travaux de rédaction en tant qu’expert.

Informer

AIVI développe et anime depuis 2000 son site internet interactif (AIVI.org) permettant à tous de s’informer à propos de l’inceste et de ses conséquences. Le site compte plus d’un million de pages vues par an, 30 000 visiteurs par mois. 3200 personnes en sont membres et bénéficient des services offerts : actualités, forum d’entraide, dossiers experts, plus de 2000 témoignages…

Depuis 2002, les groupes de parole AIVI thématiques enregistrés permettent de recueillir l’expertise des victimes et de leurs proches afin de publier des livres à destination de tous publics. Ces groupes permettent également l’ancrage régional de l’association à Paris, Rennes, Lille, Lyon, Marseille, Toulouse et Strasbourg. Ils accueillent 900 victimes par session de septembre à juin. Quatre livres ont été publiés : « Révéler l’inceste à son entourage », « Etre parent après l’inceste », « Comment j’ai surmonté l’inceste » et « Vivre en couple après l’inceste » en 2015.

AIVI participe aux conférences auxquelles elle est invitée, généralement dans le milieu médical (Salon infirmier, Entretiens de Bichat, Journée de Trousseau…) afin de présenter ses travaux. L’association a également initié un cycle de conférences thématiques en 2013 dont le premier sujet était « Quelle différence entre le viol et l’inceste ? » (2013), “Prévention de l’inceste sur mineur” (2014 et 2015).

Former

Déclaré en tant qu’organisme de formation, AIVI dispense des sessions de formation initiale (sages-femmes, infirmiers, éducateurs spécialisés…) et formation professionnelle (médecins scolaires, psychiatres, psychologues, personnel infirmier…). L’association a organisé plusieurs congrès internationaux au titre de la formation continue : « Soigner les victimes d’inceste », « Etre parent après l’inceste » et « Briser le silence de l’inceste ».

Etudier

En France, il n’existe aucune donnée statistique en matière d’inceste. AIVI a mis en œuvre deux sondages effectués par l’IPSOS. Le premier en 2009 a permis d’évaluer le nombre de victimes d’inceste en France à deux millions de personnes. Le second en 2010 a évalué la santé des victimes par rapport à un échantillon représentatif de la population française.

L’association est en relation avec l’équipe américaine de l’ACE Study (Pr Felitti) afin de d’utiliser cette ressource en France. Une grande consultation a été lancée auprès des victimes et non victimes en 2013 dont les résultats seront présentés en 2015.

AIVI dirige chaque année des travaux de recherche universitaires effectués par des étudiants en psychologie qu’elle accueille en stage ou d’élèves sages-femmes en vue d’obtenir leur diplôme de fin d’études. Les membres d’AIVI y participent.

Isabelle Aubry

Présidente

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *