L’AIDE, PAR L’ART-THERAPIE, AU PROCESSUS POST-TRAUMATIQUE SUR LA CHRONOLOGIE DES EVENEMENTS

Emmanuelle Cesari

Master d’art-thérapie, Paris Pres Sorbonne Cité

DU de Victimologie Paris-Descartes 

Résumé

Après une agression, l’état de stress post-traumatique abandonne la personne victime dans un brouillard opaque qui la laisse dans l’incapacité de se rappeler le fil des événements. La chronologie des faits doit être produite en justice au risque de mettre en défaut la crédibilité des plaignants. C’est au sein d’ateliers d’art-thérapie, à l’aide de la médiation collage que nous avons avancé avec un gardien de la paix en situation d’épuisement professionnel.

Abstract

After an aggression, the state of post-traumatic stress abandons the person victim in an opaque fog which leaves her unable to remember itself the track of events. The chronology of the facts must be produced in justice at the risk of putting in the wrong the credibility of the plaintiffs. It is within workshops of art-therapy, by means of the mediation collage which we moved forward with a peacekeeper in situation of professional exhaustion.

Keywords: art-therapy * sticking * chronology of events * dissociation * trauma.

* * *

Les amnésies successives laissent penser à une fragilité psychique consécutive au phénomène de répétition de surcharge de stress. Le cerveau réagit de manière automatique pour plonger la personne victime, ce qui est toujours un écueil vers la crédibilité, dans une brume obscure qui la met dans l’incapacité de se rappeler le fil des événements. Dans un tel état “comateux” elle se trouve dépossédée de toutes réactions, à la merci des prédateurs.

I – LE CHOC POST-TRAUMATIQUE PRESENTE DES SPECIFICITES EN RELATION AU TEMPS

Selon le psychologue & psychanalyste Jean-Pierre Durif-Varembont, le délit traumatique procède comme une « scène originaire » et devient le mobile de tout. Alors comment sortir de la circularité imposée par ce choc post-traumatique ?

Ce blocage du temps psychique qui s’explique par l’impossibilité de penser, l’effroi, la peur, le désarroi, le manque de confiance dans ses propres perceptions, bien décrits par Ferenczi, vient souvent en contradiction avec la demande policière ou judiciaire de mise en récit qui cherche à dater le début et la durée des faits. La logique juridique cherche en effet à reconstituer un temps objectif nécessaire à l’application du code de procédure pénale alors que pour une victime de traumatisme le temps psychique est le plus souvent gelé, comme s’il n’y avait ni d’avant ni d’après, tout du moins d’après pensable sous forme d’un projet ou d’un avenir. De plus, les confusions spatio-temporelles entraînées par le trop-plein d’excitations, le sentiment d’irréalité post-traumatique qui rend subjectivement indécidable la part de réalité et de fabulation, le travail de reconstruction de la mémoire télescopent facilement la chronologie dans un compromis protecteur entre reconstitution exacte et réinterprétation projective des faits.

La personne traumatisée ne se souvient plus ou mal des lieux, des situations, des visages, des paroles, des odeurs et des sensations physiques. Les émotions sont enrayées. Et pourtant combien font défaut ces informations en situation juridique. Il est nécessaire alors de faire émerger un maximum de renseignements autour et sur l’agression. Nous devons nous rapprocher, au mieux, de l’événement, de l’avant, du pendant et de l’après.

Pourquoi ? A l’approche de l’imminence du danger, la personne traumatisée dit “éteindre” le contact avec l’extérieur. Que produit, dans le cerveau, cette disjonction ? Elle isole la structure responsable des réponses sensorielles et émotionnelles (amygdale cérébrale) de l’hippocampe (…qui gère la mémoire et le repérage temporo-spatial, sans elle aucun souvenir ne peut être ni mémorisé, ni remémoré ni temporalisé). De fait l’hippocampe ne peut pas faire son travail d’encodage et de stockage de la mémoire sensorielle et émotionnelle des violences. Le souvenir reste piégé dans l’amygdale sans être ni traité, ni transféré en mémoire autobiographique. Il perd alors tout rattachement temporel et son rappel conscient devient plus difficile. (Le Doux, 1996 ; 2003). Ainsi, au cœur de la dissociation, nous devons débloquer pas à pas, le souvenir non perdu mais oublié, pour terminer ce travail mémoriel qui permet la classification dans la mémoire appropriée et la mise en lien avec les autres fonctions cognitives et les émotions. Il s’agit de rétablir des connexions neurologiques pour faciliter par un tissage cognitif des liens entre les micro-événements et exploiter les moindres traces du contexte dans lequel la violence a eu lieu. A travers les arts plastiques, il convient d’explorer chaque représentation mentale dégagée : images, mémoire, émotions, afin d’en tirer le plus grand parti pour obtenir une cohérence et une logique dans la narration des faits subis.

Où ? Comment ? Par qui ? Avant ? Pendant ? Après ? Car l’effraction et la sidération psychique n’ouvrent qu’à de l’irreprésentable et de l’indicible.

II – DISPOSITIF A MEDIATION COLLAGE

Le Réel – l’interdit de dire – le réel est à situer du côté du corps et de « ce qui revient toujours à la même place » ainsi que l’énonçait Lacan. Des tentatives d’en saisir quelque chose se manifestent à travers des récits de vie, qui à défaut de réussir un travail de liaison symboligènes restent factuels, sans états d’âme, difficiles à mettre à jour. C’est un passé figé et non intégré que nous essayons de remettre en mouvement.

Pour ce travail, le médium collage est proposé parce que ce procédé ne demande pas de techniques particulières, de matériaux spécifiques et donne une belle liberté pour commencer à explorer sa créativité tout en ayant un cadre rassurant.

1/ Déchirer, décomposer, recomposer, décoller, recoller avec du collage

Les images qui nous attirent portent nos attentes, nos craintes, nos croyances. Déchirer, décomposer, recomposer, décoller, recoller, raconter… un collage d’une certaine manière, en tant que surface de projections vient figurer notre propre image en morceaux que nous essayons de contenir puis de transformer.

C’est un exercice à la fois cathartique, méditatif et créatif. Tout d’abord, récupérer des images dans les magazines, des textures et des idées. La récupération de papier porte en elle-même la notion de transformation au sens alchimique du terme, transformer ses émotions, passer de l’ombre à la lumière. Par le collage se rejoue aussi parfois ce qui reste du côté de l’acte non symbolisé, où l’échange, où la différenciation où l’autre n’a pas pu émerger ni totalement ni significativement.

On note deux dynamiques principales dans la démarche du collage : la recherche de l’image ou des objets supports de création, et l’assemblage dans une autre approche du lien.

La Consigne

Choisissez et déchirez des papiers, superposez-les, arrangez-les à votre guise. Première partie découpage/déchirure. L’art de sélectionner des images. Les papiers qui ont de l’épaisseur, que l’on peut froisser, tordre, plier, gratter… avant de découper peu à peu avec des ciseaux, préférer déchirer pour laisser voir les déchirures.

Le « colle-age » parle sans communiquer. La résonnance en fera peut-être un autre. L’art thérapeute est là pour accueillir les mouvements psychiques du colleur, pour entrer en résonnance avec ce vécu interne, s’exprimant à travers le collage.

Jean-Paul Petit, dans ses ateliers pour art-thérapeutes, aborde la destructivité qui est à l’œuvre dans les différentes opérations qui participent à la démarche de (récup-art, recyclage) et la déconstruction-reconstruction et assemblage-collage qui s’en suit.

La présence de matériaux issus du quotidien vient interroger les liens entre la vie, telle qu’elle s’inscrit dans sa matérialité faisant trace des éprouvés, et l’art dans ce qu’il tend à symboliser ou à représenter de ce qui peut être en jeu pour le créateur dans son rapport au monde.

2/ Titrage du morceau de collage qui fixe un moment

Donner un titre à une forme graphique visuelle, c’est l’inscrire dans le langage verbal ; lui donner un nom, c’est lui attribuer une identité et donc une existence. Il est donc possible de prendre une distance avec l’événement formulé par les collages et de l’abstraire d’un trop près destructeur. L’expression par l’image est augmentée par le verbe, et le mot, par sa capacité de retour par l’action et sur l’action, permet de trier, séparer, différencier et nommer un aspect essentiel de l’œuvre et du processus créatif. Le titrage de collage évoque parfois des titres de journaux ou de tableaux.

3/ Assemblage narratif des collages

L’assemblage narratif apporte la dimension temporelle dans le processus créatif et dynamise la question du lien entre les formes créées jusque-là. Les entités dessinées et nommées entrent dans une réalité, le principe de causalité organise temporellement les événements et les entités sont reliées les unes aux autres selon une logique narrative. Aux substantifs donnés habituellement aux titres s’ajoutent les verbes de l’action, leurs conjugaisons, ainsi que les qualificatifs du récit. L’histoire racontée débouche sur un scénario qui structure le récit. La narration des formes modelées conduit souvent les participants à débuter naturellement un jeu scénique.

III – LE SUIVI DE JULES

Au début de sa carrière Jules, gardien de la paix, intervient dans tout type de situations dramatiques : accidents de la route, incendies d’appartement, découverte de cadavres, violences conjugales, interpellations houleuses, pauvreté, etc.

Je commence à comprendre que ce métier est très dur et qu’aider mes concitoyens n’est pas toujours possible mais peu importe. Pas le temps de digérer, je repars sur un appel 17. J’enferme ces images dans une boîte, je fais du sport pour extérioriser.

Son goût pour l’investigation et la procédure pénale le pousse à devenir officier de police judiciaire, c’est-à-dire plus de 200 dossiers en portefeuille (plus de 200 personnes qui attendent), des conditions de travail rudimentaires et la frustration d’être dans l’incapacité à satisfaire l’inquiétude des victimes face à leurs souffrances. Il traite les dossiers très urgents au détriment des dossiers urgents qui passent avant les dossiers moins urgents. Il multiplie les heures supplémentaires pour pouvoir avoir le temps de tirer le fil d’une « belle affaire ».

Les troubles du sommeil commencent et se font de plus en plus réguliers. Jules se réveille en pleine nuit : « J’ai oublié d’annexer le certificat médical du gardé à vue ! ». Les crises d’angoisse sont de plus en plus fréquentes et parfois il reste là, apathique, mais il y a Charlie hebdo, l’Hyper Casher et « je n’ai pas le droit de me plaindre ! »

Chef, quand est-ce que l’on va être renforcé ? Je peux avoir un stage à la PJ ? L’informateur me parle de 20 kilos, on va faire quoi ? On a beaucoup (trop) de gardes à vue en ce moment ça devient difficile. » Pas de réponse. Le silence. C’est le plus pesant. Cette absence de perspectives, je ne la supporte plus. Ces victimes que l’on prend en compte pour les statistiques, je ne supporte plus de leur mentir. Je viens le matin avec une sorte de boule au ventre, cette aigreur qui prend aux tripes et vous consume de l’intérieur. Je ne supporte plus l’absurdité des tâches quotidiennes et cette politique du chiffre qui me mine tant. Je ne supporte plus cette hiérarchie qui persiste dans sa spirale de résultats et de performances : sortir les dossiers. Dans quel but ? Qu’ils aboutissent devant la justice ou dans un tableau mensuel ? Je deviens irritable avec mes proches, voir cynique. C’est à ce moment-là que j’ai pris conscience que j’avais un problème : “le burn-out”.

Jules ne s’imaginait pas que ça pouvait lui arriver. Désinvesti peu à peu dans son travail avec un sentiment d’échec et d’incompétence, il est harcelé par ses supérieurs hiérarchiques qui l’acculent à la responsabilité de tout ce qui ne va pas.

Commencent des interruptions de travail entre septembre 2016 et juillet 2017, alors qu’il était incapable d’affronter sa hiérarchie. Il a demandé sa mutation et depuis commence à se remettre en mouvement afin de reprendre la gestion de son travail et de sa vie. Nous nous voyons une fois par semaine depuis son dernier arrêt de travail. Il est suivi par une psychologue et compte porter plainte avec l’aide d’une avocate qui lui a demandé une chronologie des faits à produire en justice. Jules a des trous de mémoire, à l’été 2017, il ne peut établir une succession temporelle d’événements.

1/ Installer la bonne distance

La première approche s’est faite par les réseaux sociaux, ma formation, en licence de veille documentaire web, m’amène à voir des malaises en évolution. Nous communiquions par twitter alors que Jules, sous pseudonyme, retweetait des billets accablants sur le choc post-traumatique, le malaise dans la police et le suicide des policiers. Il tournait en rond en cherchant des réponses à ses questions. Je lui ai demandé de faire, dans une boite en carton, une collection de papiers déchirés prélevés dans des magazines de son choix, ainsi que de mettre de côté des textures, des couleurs des dessins, des morceaux de textes et des lettres dans lesquels il se sente bien. Puis les premiers ateliers ont eu lieu au milieu des cartons de déménagement alors que Jules avait obtenu sa première mutation. Il avait sa boîte à papiers et quelques journaux : Courrier international – « J’aime leurs dessins » dit-il –  j’avais un rouleau de papier kraft blanc et un pot de colle blanche.

2/ Intégrer l’événement initial en souvenir avec d’autres événements qui ont amené l’épuisement professionnel

Jules est resté bloqué sur la communication par talkie-walkie, qui transmettait l’assassinat de Clarissa Jean-Philippe. La policière municipale de Montrouge qui avait été froidement abattue par Amédy Coulibaly, avant qu’il n’aille perpétrer son massacre à l’Hyper-Casher en janvier 2015. Les talkies-walkies des policiers du département des Hauts-de-Seine étaient ouverts en direct sur l’attaque. Que faire si ce n’est subir et rester figé ?

Cette scène originaire a été illustrée avec l’image d’un gorille hébété, ce n’était pas lui, il n’était coupable de rien, mais il s’est trouvé pris dans un étau. Il y avait son collègue, ses autres collègues et sa hiérarchie. J’ai posé des questions quant à savoir ce qu’il y avait autour de lui : sparadrap sur la tête, policiers en faction, pluie, et un peu à droite, le cerveau en ébullition et des flèches en sens giratoire. Nous avons posté sur le blogue une signification symbolique du gorille, toute représentation ne prenant son sens que dans les associations libres du sujet : http://artherapievirtus.org/burn-out/index.php/2017/10/22/le-gorille/. Nous avons fait resurgir les sensations disparues, il leur a donné sens. Je l’ai renvoyé vers l’avant de cet événement et l’ai décollé de ce moment et du groupe. Les choses ont repris leur place.

3/ Faire le deuil des événements provoquant des reviviscences

Le coureur de fond, qu’était Jules avant l’arrêt, a repris sa course. Des images de coureurs tracent le lien entre toutes les scènes de la frise chronologique de Jules. Mais à l’automne Charles s’est suicidé. Jules le connaissait. Le deuil, sur le papier, en silence, Je suis Charlie est devenu Je suis Charles : une pancarte portée dans son bec par un pigeon du Courrier international et au-dessus des lettres fluo : Chut ! Avec un bonhomme ligoté et pendu, le tout surplombé par de gros nuages noirs. Quand Jules parle, je sais qu’il s’est remis à penser :

C’est le taux élevé de suicides dans nos rangs qui me révolte car les causes ne sont même pas abordées. Et j’en ai marre de faire des minutes de silence.

Par une succession d’étapes, je vois qu’il s’est aussi remis en mouvement. Peu à peu, la bande de papier kraft s’est déroulée en allant vers l’après, vers le nouveau travail, vers la reprise du sport et les grands espaces, vers l’implication militante.

4/ L’engagement militant

Jules s’est mis à militer au sein d’un collectif de policiers et décide de faire des contributions télévisuelles et journalistiques. Qui allait se présenter ? Laquelle de ses facettes ? Celle de l’officier de police judiciaire qui mène des interrogatoires et arrive magistralement à faire parler les contrevenants ou le brillant Jules sous pseudonyme, celui que je connais, qui s’est laissé piégé en exécutant trop bien ses tâches et en étant trop proche de ses concitoyens, trop humain et qui se pose trop de questions ? C’est lui qui ira à la télévision, à visage flouté pour ne pas se griller, c’est lui qui va mieux, qui parle tranquillement et distinctement, c’est lui qui va monter au créneau en disant que les policiers ont besoin d’aide pour « mettre des mots sur leur souffrance et en faire prendre conscience à l’opinion publique ». Et pourtant, il n’a rien à prendre en charge. Il est juste un témoin. Le 8 janvier 2015 est entré dans l’Histoire de Jules et dans la nôtre, Jules n’est plus dedans.

POUR CONCLURE

Les bases d’un traitement efficace contre les effets pervers de l’amnésie émotionnelle rattachés à certains traumatismes s’appuient avant tout sur une prise en charge longue ainsi que sur une alliance thérapeutique solide entre le thérapeute et la personne traumatisée.

Le collage est un travail de mise en image, de mise en relation de matières, d’objets, de structures divers pour que la production finale dégage une représentation symbolique du participant qui mettra en lien des morceaux de son vécu intime et les faits de sa vie extérieure.

La question du temps psychique nécessaire à la reconstruction est toujours en balance dans notre société. Pour la justice, on doit aller vite pour la déposition, mais cette même justice prend le temps de traiter l’affaire. Notre art-thérapie ne s’arrêtera que lorsque Jules décidera qu’il a fait le tour de ses trous chronologiques et qu’il n’aura plus besoin de moi pour continuer sa frise tout seul. Celle-ci prend forme, elle dégage peu à peu un sentiment d’unité, elle devient poétique un peu plus à chaque fois que Jules la raconte dans son processus de résonnance/raisonnance je crois que je mettrais les deux car il revient à la raison également.

J’ai vu l’avocate aujourd’hui et elle m’a confié la tâche d’écrire une chronologie. Je tenais à vous remercier car je me sens maintenant capable de l’établir.

REFERENCES

Jean-Pierre Durif-Varembont (2005). « Quelques aspects du temps post-traumatique », Perspectives Psy 2005/2, Vol. 44, p. 144-150.

Joseph LeDoux (2003). « The Emotional Brain, Fear, and the Amygdala », Cellular and Molecular Neurobiology, Vol. 23, Nos. 4/5, October 2003.

Joseph LeDoux (1996). « Chapter 26 Emotional networks and motor control: a fearful view », Progress in Brain Research, Vol. 107, 1996, Pages 437-446.

Jean-Paul Petit (2002). « Des images à l’œuvre : Le travail de collage comme mise en lien » dans Pratiquer les médiations en groupes thérapeutiques de Claudine Vacheret et collectif, Dunod.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *